COMMENT POUVONS-NOUS VOUS AIDER?
    Témoignages
    • All
    • Destination Clic
    • Explore
    • Odyssée

    Après mon baccalauréat qui finissait au mois d’août 2013, je me suis mis à chercher un emploi, mais même si mon niveau d’anglais était déjà bien, il n’était malheureusement pas assez élevé. Sur le marché du travail, on demande souvent d’être bilingue, et j’étais loin de l’être. J’ai donc commencé à travailler pour une compagnie où il n’était pas nécessaire d’être bilingue, mais je savais que tôt ou tard j’aurais besoin d’être meilleur en anglais. Entre temps, un ami m’a parlé du programme Explore dont j’avais déjà entendu parler à quelques reprises, mais je ne savais pas trop en quoi ça consistait. J’ai donc commencé à parcourir le site Internet et à regarder des vidéos sur YouTube. J’ai vu et lu des choses qui me plaisaient beaucoup. En plus, j’avais un emploi stable et l’argent entrait, donc le fait de m’inscrire à Explore impliquait que je laisse tomber mon emploi, mon salaire, et que je prenne un certain temps à mon retour pour me trouver un nouvel emploi. Bref, c’était une décision relativement importante pour moi étant donné tout ce que ça impliquait, mais j’ai considéré que ça en vaudrait sans doute la peine.

    J’ai finalement décidé de m’inscrire à Explore quelques jours avant la date limite, puis quelques semaines plus tard, j’ai eu la réponse comme quoi on m’avait accepté à l’Université de Victoria pour le printemps. J’ai donc dû donner ma démission à mon employeur.

    Le jour J arriva, je suis parti pour la Colombie-Britannique et déjà à mon transfert de vol à Edmonton (Alberta), j’ai rencontré de nouveaux amis du Québec avec qui j’allais faire le programme. Ensuite, à mon arrivée à Victoria, mon père de famille d’accueil est venu me chercher à l’aéroport, puis l’immersion commença à 100% à ce moment-là puisqu’il ne parlait pas un mot français. J’aimerais trouver une façon d’exprimer à quel point j’ai eu du plaisir à discuter, à rire et à faire différentes activités avec mon père de famille d’accueil, mais je ne trouve pas vraiment les mots. Mon père de famille d’accueil m’a mis à l’aise très rapidement, j’ai même eu la chance d’inviter des amis à souper chez lui et on a tous passé une super belle soirée. Je n’aurais pas pu imaginer une plus belle expérience que celle que j’ai vécue l’été dernier, que ce soit au niveau des personnes que j’ai rencontrées à travers le monde, de la famille d’accueil, la magnifique ville, l’université (le campus et même les professeurs) ou même de la température qui, là-bas, est toujours parfaite! Je ne suis vraiment pas un gars de fleurs et de jardins, mais le Butchard Garden et le Beacon Hill Park sont vraiment impressionnants! J’ai aussi eu la chance de louer un véhicule avec des amis pour aller faire de la planche à surf un peu plus au nord à Tofino. J’en passe énormément, mais des beaux moments, ce n’est pas ce qui a manqué!

    Quand j’ai quitté le Québec pour cette expérience, j’avais un seul objectif en tête, c’était d’améliorer mon anglais. Je voulais vraiment me concentrer sur mon anglais, même qu’avant de partir, j’avais comme plan de ne pas trop socialiser avec les francophones par peur de commencer à parler français, mais on dirait qu’une fois sur place, la discipline personnelle se fait par elle-même. On parlait toujours en anglais ensemble, même si on savait tous que nous étions francophones. Jamais je ne me serais douté que cette expérience m’aurait apporté autant, et ce, sur plusieurs plans. Oui j’ai amélioré mon anglais, à un point tel que je n’ai plus aucune gêne à parler ma langue seconde et qu’en entrevue on m’a dit à plusieurs reprises qu’on me considérait comme bilingue tellement mon anglais est maintenant fluide, mais j’ai surtout rencontré des gens incroyables avec qui j’ai partagé des moments magiques et des amis québécois que j’ai la chance de continuer à voir régulièrement depuis mon retour.

    Je recommande également fortement de songer au programme « Languages at work » qui est un programme conjoint à Explore. Grâce à ce programme, j’ai eu la chance de rester à Victoria non pas cinq semaines, mais un total de 12 semaines! Quelques jours après le début du programme Explore, il est possible de faire des démarches avec une personne ressource qui est sur place dans le but de nous aider à obtenir un emploi d’une durée de six à neuf semaines. Un emploi qui commence immédiatement après la fin d’Explore. J’ai donc eu la chance de travailler dans un camp de jour près du campus de l’Université de Victoria où j’étais logé et nourri pendant ces semaines supplémentaires. À travers cette deuxième expérience, j’ai également rencontré d’autres personnes formidables avec qui je suis toujours en contact.

    Finalement, je crois que mon inscription à ce programme est sans doute une des meilleures décisions de ma vie, j’ai des souvenirs mémorables et mon anglais est maintenant pour moi une force plutôt qu’une faiblesse. Une opportunité comme Explore c’est pratiquement la chance d’une vie, parce que je ne vois pas comment ce serait possible de reproduire des conditions de la sorte, c’est donc une opportunité en or que je recommande à tous sans un brin d’hésitation.

    P.S. À Victoria, je recommande les bars suivants : The Mint, Big Bad John’s et le Darcy’s pub downtown.

    Default Avatar55
    Adam Tétreault
    Québec à Colombie-Britannique

    Au début, je m’étais inscrite sans n’en parler à personne. Je m’étais décidée à vouloir faire quelque chose que je sais que normalement je n’aurais JAMAIS fait. Probablement par peur de l’inconnu et peur de partir loin de mon chez-moi. Après avoir reçu ma réponse d’acceptation, j’y ai réfléchis pendant deux semaines. Toujours sans n’en parler à personne. J’ai même pensé à refuser parce que j’étais effrayée de partir. Après je me suis simplement pourquoi ne pas me prouver que j’en suis capable? J’ai accepté l’offre, bien évidemment, et ça a été la meilleure décision de toute ma vie. Arrivée à l’aéroport, morte de trouille, j’ai aperçu une autre fille qui allait à la même place que moi, ce qui m’avait rassurée. Arrivée à l’Université de Regina, tout était bien indiqué et tout le monde arrivait seul donc tout le monde se parlait. J’ai tellement noué des amitiés, tellement fait de découvertes que je n’ai jamais regretté. La professeure que j’avais était tellement gentille et tellement attentionnée par rapport à nous. Elle savait que nous étions là pour apprendre et nous proposait toujours pleins d’activités facilitant notre apprentissage. Je le conseille à tout le monde; ce programme est simplement génial!

    Default Avatar55
    Alexandra Dénommée
    Québec à Saskatchewan

    Cette expérience en a été toute une pour moi. Le 29 juillet 2012, je suis partie à Calgary pour un mois avec ma valise sans trop savoir ce qu’il m’attendait. Ma famille d’accueil était fébrile de me rencontrer à l’aéroport. À mon arrivée, tout était prêt. Le lendemain, je commençais à étudier à l’Université de Calgary. Dès la première journée, je m’étais fait quelques amis, de partout au monde. Le premier soir de notre rencontre, nous visitons déjà la ville, et les parcs. Je m’étais inscrite aux activités supplémentaires auxquelles nous pouvions participer durant les fins de semaine. Nous avons fait de l’équitation, des soirées karaoké, une fin de semaine à Banff, une visite des lacs, camping à Jasper et les alentours, de la randonnée sur le Mont Whistler, du rafting a Kicking Horse et encore plus. Je ne regrette en rien cette expérience qui m’a appris beaucoup sur moi-même et sur les différentes cultures (même les langues!). J’ai décidé de rester deux sessions supplémentaires à l’Université de Calgary. Finalement le mois avec Explore a duré trois ans et demi… Je m’y suis installée et j’ai eu un emploi là-bas par la suite. Expérience très enrichissante!

    P.S. Cette photo a été prise sur les glaciers Columbia, en Alberta.

    Default Avatar55
    Alice Barrette
    Québec à Alberta

    Rimouski, en grandes lettres était écrit
    Sur mon message d’acceptation.
    Plus grande aurait été ma réaction
    Si j’avais su de quelle ville il était question.

    Tout haut, je me suis dit :
    Mais c’est où, Rimouski?
    Cet endroit m’est inconnu!
    Et vu la tête ébahie de mon voisin
    Il ne savait pas non plus.

    Comme le cri d’une yodleuse suisse
    Ma question a été renvoyée en écho
    Par plusieurs amis et voisins préoccupés.
    Des réponses ont fusé, des rires ont résonné
    Rimouski, c’est p’têt un trou perdu ou un centre de ski,
    Ont-ils répliqué les épaules haussées.

    J’ai donc choisi d’affronter cette épreuve
    Armée d’une caméra, valise et cahier, j’y suis allée
    La tête au d’ssus du fleuve
    Mais l’estomac en plongée
    Dans les sillons de la Belle Province, je suis partie
    M’immerger dans la francophonie
    Et découvrir la ville de Rimouski

    Et maintenant que nous sommes
    À la dernière journée du camp
    Que mon cahier et ma caméra
    Débordent de souvenirs marquants
    Je suis prête à répondre à la question
    Sans hésitation.

    Le fleuve du St-Laurent, qui jongle avec les soleils couchants
    A donné naissance à cette ville vieille de 300 ans
    Son histoire est son fondement
    Son modernisme est ses fenêtres
    Mis ensemble, ça forme un bel établissement
    Rempli de vents du fleuve et de cris de goélands
    De gens accueillants, d’accents du bas-du-St-Laurent
    Ici, le français, c’est presque tout ce qu’on entend

    C’est pour ça que j’y retournerais définitivement
    Et si je le fais, même alors que je ne ferais plus partie du camp
    Rimouski m’évoquera toujours de bons moments.

    Default Avatar55
    Amélie Binnie
    Poème rédigé lors d'un concours de slam

    Bonjour à toutes les monitrices et tous les moniteurs d’aujourd’hui et de demain!

    Quelle surprise! Je viens de tomber sur ce site et cela m’a rappelé tous les bons moments que j’ai passés à l’École secondaire Barthélemy-Joliette de Joliette, au Québec, en 2003-2004, lorsque j’étais monitrice de langues d’anglais. Je n’arrive pas à m’imaginer que cela fait déjà 10 ans. Incroyable! J’espère que tous les moniteurs et les monitrices en poste actuellement profitent au maximum de cette expérience. Ma meilleure amie et moi-même avons eu la chance d’être monitrices de langues d’anglais en même temps, et cela nous a vraiment convaincues de rejoindre le corps enseignant. Aujourd’hui, cela fait sept ans que j’enseigne le français langue seconde à Ottawa, et j’adore mon métier!

    C’est incroyable comme le temps passe vite. Je garde de très beaux souvenirs de cette époque, j’ai vécu une expérience enrichissante et je suis toujours en contact avec certains des membres du personnel enseignant avec qui j’ai collaboré il y a maintenant presque 10 ans. Mais cette fois, je suis moi aussi enseignante!

    Au cours de ma 2e ou 3e année, ici, à Ottawa, j’ai à mon tour accueilli une monitrice de langues de français. C’était ma façon de montrer à quel point je valorise ce programme. Continuez comme ça, vous faites un travail incroyable! Et si vous vous demandez si vous devez sauter le pas et vous inscrire, la réponse est oui! LANCEZ-VOUS! Certains de mes plus beaux souvenirs remontent à cette période : les gens que j’ai rencontrés, les endroits que j’ai visités, les nombreux fous rires et même quelques moments difficiles! Merci au CMEC pour ce programme!

    Default Avatar55
    Amy
    Ontario à Québec

    Mon séjour à Terre-Neuve s’achève bientôt et, après un an, j’ai vraiment vécu une « Odyssée » inoubliable. J’ai eu l’occasion de visiter plusieurs endroits sur l’île, d’une côte à l’autre, j’ai vu toute une gamme d’animaux sauvages y compris des phoques et des caribous, et j’ai même dégusté du guillemot et du phoque!

    Default Avatar55
    Anna Ma
    Ontario à Terre to Neuve-et-Labrador

    J’ai adoré mon expérience professionnelle à Terre-Neuve-et-Labrador, mais également tout ce que cela m’a apporté personnellement : des paysages extraordinaires pour m’entraîner (sans parler des pentes et du vent!), la rencontre de gens accueillants et très disponibles, une culture qui a su demeurer fidèle à elle-même et, surtout, un nouvel amoureux (un franco-ontarien qui travaillait à Stephenville et que j’ai rencontré la première semaine de mon arrivée ici!). Oui, c’est une histoire incroyable

    Default Avatar55
    Annie Bernier
    Québec à Terre-Neuve-et-Labrador

    J’ai eu la chance de gagner une bourse en Alberta, dans la plus belle ville que je connaisse: Calgary. J’ai passé 5 semaines de rêves à apprendre, étudier l’anglais et surtout, à m’amuser avec des personnes de partout à travers le monde! J’ai passé les plus belles 5 semaines de ma vie et je recommande ce programme à tout le monde. Prenez la chance qui vous est donnée et allez explorer le Canada!

    Default Avatar55
    Annie Roy, Université de Calgary
    Québec à Alberta

    Explore est de loin l’expérience la plus enrichissante que j’ai vécue. J’en suis revenu transformé, rien de moins. Chaque jours m’ont fait grandir un peu plus. Je ne me rappelle pas de m’être senti aussi bien loin de chez moi. On ne peut pas être malheureux à Explore, ceux qui le sont ne s’abandonnent tout simplement pas assez à l’aventure. On y vit un délectable mélange d’émotions qui nous laisse le goût mémorable d’y revenir. Ce fût une merveilleuse étape dans ma vie que je n’oublierai jamais. On m’avait dit avant mon départ que les liens d’amitié qui se créaient à Explore étaient sans pareils. C’était inexact; les liens d’amitié que l’on crée à Explore sont magiques. Ce sont des liens très forts qui semblent pourtant lier des personnes complètement différentes. Explore représente l’amitié et même parfois l’amour. La beauté d’Explore n’est pas nécéssairement dans son programme, mais dans les gens qui y participent. J’ai adoré mon expérience et j’avancerai dans la vie en gardant ces doux souvenirs qui me feront sourire éternellement.

    Default Avatar55
    Anonyme
    Québec à Alberta

    J’ai passé cinq merveilleuses semaines à Calgary afin de perfectionner mon anglais à l’Université de Calgary. J’ai adoré mon expérience et je repartirais demain matin si je le pouvais. L’immersion anglaise a été très bénéfique pour moi étant donné que je devais parler uniquement en anglais en tout temps et ce pour une période de 5 semaines. J’ai aussi rencontré de nouvelles personnes, devenues des ami(e)s, venant de partout! Tentez votre chance dès maintenant! C’est une expérience incroyable à ne pas manquer!

    Default Avatar55
    Benoît Gillespie
    Benoît Gillespie

    Au moment de monter dans l’avion, je me souviens avoir ressenti cette peur de l’inconnu qui m’attendait. Trois semaines loin de mes amies et amis, de ma maison et de ma famille, cela me semblait une éternité. J’avais de nombreux doutes. Et si je ne me faisais pas de copines et de copains? Et si les cours étaient trop compliqués? Et si la nourriture était immangeable? Mais malgré toutes ces peurs, j’ai quand même pris l’avion. Quand je repense à ce moment, je me dis que ce fut sûrement l’une des meilleures décisions que j’ai prises de toute ma vie.

    Après une journée harassante de voyage, je suis arrivée dans ma chambre et je me suis mise à pleurer. Je ne sais pas pourquoi, mais les faits sont là. C’était peut-être à cause de la fatigue, peut-être parce que ma famille me manquait, ou peut-être tout simplement parce qu’il faisait une chaleur insoutenable (amenez un ventilateur!). Il va sans dire que j’étais plutôt nerveuse et que je n’ai pas beaucoup dormi au cours de cette première nuit.

    C’est seulement lors de la séance d’orientation donnée le premier jour que j’ai compris quelque chose : on était tous dans la même situation. On ne connaissait personne, à part peut-être un visage familier. Chacun était assis dans son coin et essayait d’initier des rencontres. À l’Université du Québec à Trois‑Rivières, mon groupe était plutôt large : nous étions environ 76 au total. On nous a donc divisés en trois groupes. Mais ce n’était pas des groupes du genre : « Eux, ce sont les étudiantes et les étudiants populaires et eux, ce sont les ratés ». Moi, par exemple, je partageais ma chambre avec trois autres filles qui ne faisaient pas partie de mon « groupe » et pourtant, on s’entendait très bien. On mettait du Justin Bieber à fond et on passait des nuits entières à jaser.

    Grâce à Destination Clic, j’ai rencontré certains de mes meilleurs amis et amies et j’en garde certains de mes meilleurs souvenirs. Cela fait exactement un an que je me suis retrouvée à pleurer dans ma chambre à Destination Clic, mais aujourd’hui, alors que j’écris ce témoignage, un an plus tard, je suis chez moi, dans ma chambre et je pleure car cette époque me manque vraiment. Les gens qui avaient participé à Destination Clic avant moi m’ont tous dit : « C’est incroyable, il faut absolument que tu y ailles! » et à l’époque, je ne comprenais pas pourquoi ils en faisaient toute une histoire. Mais maintenant, je comprends. Vous aurez peut-être la peur au ventre au moment de monter dans l’avion et de dire au revoir à tout le monde pour trois semaines, mais une fois que votre séjour touchera à sa fin, vous regretterez qu’il ne dure pas plus longtemps. Les souvenirs que j’ai de mon expérience au Québec resteront gravés dans mon cœur jusqu’à la fin de mes jours, tout comme les amitiés que j’y ai forgées.

    Default Avatar55
    Chloe Smith
    Manitoba à Québec

    Je conseille Explore à tout ceux aspirant vivre l’expérience d’une vie. Encore six mois plus tard, ce fut les meilleurs moments que j’ai jamais vécu. Amazing!

    Default Avatar55
    Claudia Quirion
    Québec à Nouvelle-Écosse

    Je le conseille à tous car c’est une expérience MERVEILLEUSE! Non seulement j’ai amélioré mon anglais car les cours étaient ajustés à mon niveau, mais j’ai aussi rencontré beaucoup de gens qui viennent de partout au tour du globe. Je me suis fait de bon amis là-bas. En plus de tout ça, la ville était magnifique (malgré la canicule de l’été 2010).

    En résumé, Explore est une expérience à faire au moins une fois dans sa vie et ce, peut importe si c’est pour améliorer son niveau d’anglais, pour sortir de chez soi (ou de chez ses parents!) ou pour connaître des gens merveilleux!

    À tout celles et ceux qui feront Explore cette année et les années suivantes, si vous êtes déjà heureux d’y aller, attendez de voir une fois là-bas!

    Default Avatar55
    Claudia, Université du Nouveau-Brunswick
    Québec à Nouveau-Brunswick

    Explore a probablement été la plus belle expérience que j’ai vécue. Au début, personne n’était sûr de savoir ce que l’on faisait là-bas, mais à peine une semaine de passée et des liens plus forts que nous ne le pensions se formaient entre nous. Les personnes que j’ai rencontrées à Explore, je ne les oublierai jamais. Pour ce qui est du programme, il était très bien organisé, les cours le matin passaient vraiment vite et l’enseignant faisait toujours en sorte que nous ayons du plaisir même durant les cours. Bref, j’ai tout simplement adoré mon été et si je pouvais, je le referais demain matin

    Default Avatar55
    Corinne Robitaille

    Et en finissant, je voulais vous dire que Télia a tellement aimé son expérience avec vous qu’elle veut se réinscrire l’an prochain. Tous les soirs, elle nous appelle avec de grandes histoires de la journée. C’est bien de l’entendre parce que Télia est une fille tellement gênée que l’on ne pensait pas qu’elle resterait longtemps mais elle nous a surpris et elle a vraiment aimé son expérience.

    Izzy
    (Poème rédigé lors d’un concours de slam)

    C’est une belle ville à explorer
    Le fleuve saint Laurent coule à côté.
    Métro, on y va pour acheter,
    De la nourriture en grande quantité.
    Le soir, des films d’actions pour tous,
    Gardiens de la galaxie, ce n’est pas fou.
    Dans mon cœur il y a un trou,
    Même si je vous vois partout.
    Attention, la terre se détruit.
    On choisit six gens, qui survit?
    Allons à la plage, il fait chaud.
    L’eau est très froide, mais il fait tellement beau.
    De la poutine, ou de la crème glacée.
    C’est sûr et certain qu’on doit y retourner.
    Parlons maintenant à propos des mecs
    Car y’en a quand même beaucoup au Québec.
    Des beaux, des chauds, la vérité.
    Il y a beaucoup de variété.
    Des yeux bleus, des verts et des bruns
    Trouvons un nouveau nom pour chacun.
    Vampire, et James sont des exemples.
    Des relations, ici, y’en a ample.
    De l’autre côté du Canada,
    Qui est ce que tu n’oublieras pas?
    Destination Clic, on te remercie.
    On a rencontrés des bons amis.
    On continue de parler, quand on part?
    On a besoin de se rencontrer plus tard.

    Default Avatar55
    Dia, maman de Télia, participant à Destination Clic
    Nouveau-Brunswick à Québec

    Pour ma part, lire les témoignages m’ont beaucoup motivée à tenter ma chance dans ce programme, donc je vais faire ma part et vous illuminer un peu.

    Default Avatar55
    Éliane
    Québec à Colombie-Britannique

    Québec à Colombie-Britannique
    C’est super valorisant de voir tous ces jeunes qui ont hâte de passer du temps avec toi, qui te parlent français et qui t’admirent.

    Quand je suis arrivé à Golden en Colombie-Britannique, ça m’a bien pris une semaine avant de regarder où je mettais les pieds. J’avais toujours le regard accroché au loin, dans les montagnes! Et je ne suis pas le seul, parce qu’avec les premières grosses bordées de neige, la petite ville isolée de Golden a soudainement triplé sa population. Une horde de jeunes planchistes et de skieurs déferlent, à la recherche des plus beaux plans inclinés et d’une poudreuse à s’y enfoncer jusqu’aux hanches!

    C’est certain qu’avec ses 4 000 habitants, la vie ici est bien différente de celle que j’avais à Québec. Pas de lancements de disques, pas de vernissages, pas de festival, de films ou de soirées poésie! Et l’artiste du coin, c’est le photographe du journal!

    Mais si je suis ici, si je me suis inscrit à Odyssée, c’est parce que je voulais essayer autre chose. Après mes études, j’ai travaillé à mon compte en illustration, graphisme, dessins animés, jeux vidéo. J’ai fini par déchanter. J’ai réalisé que la fameuse liberté du travailleur autonome se résumait souvent à travailler énormément, seul, dans le stress et avec des échéances pressantes.

    Odyssée, ce n’est pas ma première expérience avec les jeunes. J’ai accompagné des groupes du Danemark aux Philippines, en passant par New York et Saskatoon. Passer de l’anglais au français n’est pas un problème. L’animation, je connais, c’est une passion que je vis depuis longtemps.

    Je suis venu ici pour tester des choses. Avant de faire un retour aux études, je voulais une expérience de terrain dans le milieu de l’enseignement. Et l’expérience est concluante.

    Je vais combiner ma passion pour l’art et mon plaisir d’être avec les jeunes. Vous devinez? Oui, je retourne aux études en enseignement des arts.

    Et d’ici là, j’ai du temps pour moi. J’arrive d’un petit voyage à Vancouver. J’ai acheté des couleurs, des toiles, et des pinceaux. Je prépare une nouvelle expo. Je replonge dans la création. Voilà mon odyssée.

    Default Avatar55
    Frédéric Desaulniers,
    de Québec, Québec, à Golden, Colombie-Britannique

    J’ai vécu une aventure tellement agréable à apprendre de nouvelles choses et à découvrir la ville que j’ai décidé de m’installer à Ottawa l’année suivante! J’ai fini par y vivre pendant sept ans et j’ai adoré chaque instant! Cette expérience a changé ma vie. Je suis toujours très amie avec des gens que j’y ai rencontrés. Je recommande ce programme à tout le monde.

    Default Avatar55
    Jocelyne
    Nouveau-Brunswick à Ontario

    J’ai quitté la ville de Sarnia et ses 80 000 habitants, pour une ville quatre fois plus grosse, installée sur les berges de l’océan Atlantique : Halifax. Je ne m’attendais jamais à ce que les gens soient aussi familiers; ils semblent tous se connaître. J’ai été frappée de constater jusqu’à quel point, par ici, les gens sont polis. Il suffit de mettre le pied hors du trottoir et les conducteurs s’immobilisent pour nous laisser traverser la rue en toute sécurité. Je me suis sentie tout de suite chez-moi, à la différence qu’ici, il y a plein de fruits de mer dans les restos et que tout le monde semble être passionné par la voile!

    Je vis avec mon copain. Il fait son droit à l’université. J’ai de nouveaux amis. Il y a de belles personnes partout, c’est une constante dans la vie! On peut toujours développer des relations solides et sincères, où que l’on soit.

    Après un bacc en développement international, je voulais ramasser des sous avant de commencer une maîtrise. Je travaille actuellement à la Shannon Park Elementary School de Dartmouth. J’y ai 3 classes par jour, donc 15 classes par semaine. Je joue avec les enfants. Nous lisons. Je fais des activités de vocabulaire, du travail à l’ordinateur et de la phonétique.

    J’aime beaucoup travailler avec les enfants, surtout s’ils ont des difficultés pour lesquelles je peux les aider. À leur contact, je me suis surprise moi-même. J’ai compris que l’on communique plus qu’avec les seuls mots. Les gestes, le corps, le regard parlent tout autant. Et je me suis aperçue que j’étais capable de parler en public. En fait, ce que j’ai vraiment découvert, c’est que je suis capable de toutes sortes de choses si je fais l’effort nécessaire!

    Mon bilinguisme, mon expérience, et l’expertise que j’ai acquise, m’ouvrent une foule de portes au niveau professionnel. Voilà mon odyssée.

    Default Avatar55
    Kathleen Lynch, de Sarnia
    Ontario à Halifax, Nouvelle-Écosse

    Je suis fière d’être francophone et j’ai un respect immense pour les francophones hors Québec qui travaillent fort afin de faire vivre leur langue et leur culture. Odyssé m’a fait vivre une expérience extraordinaire tant sur le plan personnel que professionnel!

    Default Avatar55
    Kathleen St-Louis
    du Québec à la Saskatchewan
    EN RÉPONSE À LA COVID-19 : Notre équipe travaille avec diligence pour offrir les programmes de langues officielles 2021 de la manière la plus sécuritaire possible. Les établissements Explore et Destination Clic et les employeurs Odyssée respecteront strictement toutes les directives locales, provinciales et fédérales en matière de santé et de sécurité. Des informations supplémentaires seront affichées sur le site Web au fur et à mesure de l'évolution de la situation.
    +